Mots-clés

, , , ,

« j’aime le Jura comme le chêne aime son sol » ?
Lamartine

Au cours de sa vie, le poète vint à diverses reprises dans le Jura
et y a laissé la marque de son souvenir.

Il s’arrêta dans le Jura en 1815 lors de son séjour en Suisse,
fuyant la police impériale durant les Cent-jours,
et dans son enfance fréquenta Prat et le domaine des Combes.

Il aimait particulièrement, dit-on, se promener au bord des lacs de montagne.
On retrouve son souvenir au « château » Lamartine à Morez,

La cluse de Morezvue depuis le viaduc des Crottes.

 à Saint-Lupicin, à Crenans.

Saint-Lupicin, église Notre-Dame de la Nativité

Il eut aussi souvent l’occasion de venir retrouver un de ses amis,
propriétaire du château de Maisod.

Enfin, on évoquera un sentier que Lamartine aimait emprunter.
Dans les lacets qui redescendent depuis Longchaumois et Cinquétral
vers Saint-Claude (où de nombreux chemins conduisent à des cascades ou des torrents)
dans le dernier virage, ce sentier mène à une rivière s’échappant d’une cascade depuis un défilé étroit.

Non classés - Delcampe.fr

Il semble qu’il ait mûri ici quelque inspiration profonde
que l’on retrouve au fil de ses vers….

photos du Net.

LE PROGRES

Publicités