Chanson du jour…

Étiquettes

, ,

Les Marquises,

« Veux tu que je te dise
Gémir n’est pas de mise
Aux Marquises
« 

ls parlent de la mort
Comme tu parles d’un fruit
Ils regardent la mer
Comme tu regardes un puit
Les femmes sont lascives
Au soleil redouté
Et s’il n’y a pas d’hiver
Cela n’est pas l’étéLa pluie est traversière
Elle bat de grain en grain
Quelques vieux chevaux blancs
Qui fredonnent GauguinEt par manque de brise
Le temps s’immobilise
Aux MarquisesDu soir montent des feux
Et des points de silence
Qui vont s’élargissant
Et la lune s’avanceEt la mer se déchire
Infiniment brisée
Par des rochers qui prirent
Des prénoms affolésEt puis plus loin des chiens
Des chants de repentance
Et quelques pas de deux
Et quelques pas de danseEt la nuit est soumise
Et l’alizé se brise
Aux MarquisesLe rire est dans le cœur
Le mot dans le regard
Le cœur est voyageur
L’avenir est au hasardEt passent des cocotiers
Qui écrivent des chants d’amour
Que les sœurs d’alentour
Ignorent d’ignorerLes pirogues s’en vont
Les pirogues s’en viennent
Et mes souvenirs deviennent
Ce que les vieux en font

Veux tu que je te dise
Gémir n’est pas de mise
Aux Marquises

Le seringat

Étiquettes

, , ,

Photo wikipédia

Il offre en fin de printemps des fleurs simples ou doubles.
Les variétés à fleurs simples ou semi-doubles sont les plus parfumées.
Celles à fleurs doubles le sont beaucoup moins.

Très rustique, le seringat est un arbuste facile à vivre.
Il supporte tous les types de sols en plein soleil ou à mi-ombre.

Le nôtre est très odorant

Cet arbuste est surnommé le « jasmin des poètes ».

Dans le langage des fleurs,
le seringat symbolise le souvenir ou l’amour fraternel.

Le nom « seringat » vient d’une utilisation ancienne
qui consistait à évider les tiges de leur moelle
pour en faire des seringues. !

Tiens donc ! Si les seringues manquent……

Photo jardin Bresse jurasienne – juin 2021.

Ma découverte du jour !

Étiquettes

,

Cache-cache

VIA : http://peresblancs.org/cache_cache.htm

Ce poème trop méconnu d’un auteur bien connu fait réfléchir

La Folie décida un jour d’inviter ses amis
pour prendre un café chez elle, et tous les invités y allèrent.

Après le café, la Folie proposa : on joue à cache-cache ?
Cache-cache ? C’est quoi, ça ? demanda la Curiosité.
Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu’à cent et vous vous cachez.
Quand j’ai fini de compter… je cherche, 
et le premier que je trouve sera le prochain à devoir compter.
Tous acceptèrent sauf la Peur et la Paresse.


La Folie commença à compter 1,2, 3…
L’Empressement se cacha le premier, n’importe où.
La Timidité, timide comme toujours, se cacha dans une touffe d’arbre.
La Joie courut au milieu du jardin. La Tristesse commença à pleurer,
car elle ne trouvait pas d’endroit approprié pour se cacher.
L’Envie accompagna le Triomphe et se cacha près de lui derrière un rocher.
La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.
Le Désespoir était désolé en voyant que la Folie était déjà à 99.
Cent ! cria-t-elle tout à coup, je vais commencer à chercher…


La première à être trouvée fut la Curiosité,
car elle n’avait pu s’empêcher de sortir de sa cachette
pour voir qui serait le premier découvert.
En regardant sur le côté, la Folie vit le Doute au-dessus d’une clôture
ne sachant pas de quel côté il serait mieux caché.
Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité…


Quand ils étaient tous réunis, la Curiosité demanda :
Où est l’Amour ? Personne ne l’avait vu.
La Folie commença à le chercher.
Elle chercha au-dessus d’une montagne,
dans les rivières au pied des rochers.
Mais elle ne trouvait pas l’Amour.


Cherchant de tous côtés, la Folie vit un rosier,
prit un bout de bois et commença à chercher parmi les branches,
lorsque soudain elle entendit un cri : c’était l’Amour,
qui criait parce qu’une épine lui avait crevé un œil.


La Folie ne savait pas quoi faire.
Elle s’excusa, implora l’Amour pour avoir son pardon
et alla jusqu’à lui promettre de le suivre pour toujours.
L’Amour accepta les excuses.


Aujourd’hui, l’Amour est aveugle et la Folie l’accompagne toujours…

(C’est Jean de la Fontaine qui le dit)

et Dieu de son côté a toujours confirmé.