Étiquettes

, ,

Et que ça, ça n’a rien d’éphémère
Tu comprendras alors que tu n’es rien
Comme celui avant toi, comme, comme celui qui vient
Que le liquide qui coule dans tes mains
Te servira à vivre jusqu’à demain matin
C’est l’hymne de nos campagnes
De nos rivières, de nos montagnes
De la vie man, du monde animal
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales
Assieds-toi près d’un vieux chêne
Et compare-le à la race humaine
L’oxygène et l’ombre qu’il t’amène
Mérite-t-il les coups de hache qui le saigne?


Lève la tête, regarde ses feuilles
Tu verras peut-être un écureuil
Qui te regarde de tout son orgueil
Sa maison est là, tu es sur le seuil
C’est l’hymne de nos campagnes
De nos rivières, de nos montagnes
De la vie man, du monde animal
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales (hé)
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales (on y va)
Peut-être que je parle pour ne rien dire
Que quand tu m’écoutes tu as envie de rire
Mais si le béton est ton avenir
Dis-toi que c’est la forêt qui fait que tu respires
J’aimerais pour tous les animaux
Que tu captes le message de mes mots
Car un lopin de terre, une tige de roseau
Servira la croissance de tes marmots
Servira la croissance de tes marmots
C’est l’hymne de nos campagnes
De nos rivières, de nos montagnes
De la vie man, du monde animal
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales
C’est l’hymne de nos campagnes
De nos rivières, de nos montagnes
De la vie man, du monde animal
Crie-le bien fort, use tes cordes vocales, hey