Mots-clefs

1854     20 octobre Naissance d’Alphonse Allais, écrivain, humoriste. Alphonse Allais & (1854-1905) Photo Wikipédia Alphonse Allais étudie la pharmacie mais n’étant pas intéressé par cette carrière, son père lui coupe les vivres. Il travaille alors en tant que journaliste dans diverses revues. En 1883, il signe un article dans « Le chat noir » dont il devient directeur en 1886. 51acHfSjoPL._SS500_.jpg Parallèlement, il publie des recueils et devient très populaire dans la capitale. Son style d’écriture humoristique plaît à son public. Allais.JPG En 1899, il devient rédacteur en chef du « Sourire », un journal humoristique. Le_Sourire_1928.jpg Le Sourire en 1928 « Attention ma fille, voilà les censeurs » Le Sourire : crée en 1899 , devenu ensuite « Le sourire de France » avec vocation érotique, puis de 1924 à 1933 redevient « le Sourire »

QUELQUES CITATIONS « La mode est à l’hygiène, les microbes en mènent de moins en moins large. Et la Société protectrice des animaux qui ne bouge pas ! » « Si on se mettait à composer les journaux avec de seules véracités, ils tomberaient du coup au format de la feuille de papier à cigarette. » « Le comble de la politesse : S’asseoir sur son derrière et de lui demander pardon. » « Le comble de l’économie : Coucher sur la paille qu’on voit dans l’oeil de son voisin et se chauffer avec la poutre qu’on a dans le sien. » « Avant d’éblouir le peuple en lui promettant de l’eau chaude, il faut lui fournir des récipients pour la recueillir » « On devrait pouvoir ouvrir des écoles pour professeurs inadaptés. » « Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres. » « Les gens qui ne rient jamais ne sont pas des gens sérieux » « J’ouvre une parenthèse. Si vous avez un peu trop d’air, je la refermerai tout de suite. » « Le tic-tac des horloges, on dirait des souris qui grignotent le temps. » « Le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression »

Publicités