Mots-clefs

, ,

 

123gifs126.gifUne expression connue
« En voiture Simone, c’est moi qui conduis,

c’est toi qui klaxonnes ! »

 Le choix du prénom dans cette expression n’est pas anodin.

 En effet, Simone fait référence à une jeune fille de 19 ans,

 Simone-Louise de Pinet de Borde des Forest

 ( le premier volant qu’elle tient est celui

 de la Bayard-Clément de son oncle : elle a 12 ans.)

 Une fois son permis de conduire obtenu en 1929,

elle pousse l’audace jusqu’à participer à des rallyes automobiles.

Sa première épreuve en 1930 : la course de côte de la Baraque,

près de Clermont-Ferrand.

 Elle se hisse au sommet à 53 km/heure.

 En 1931, Simone s’inscrit au Paris-Vichy

avec sa mère comme passagère.

A l’époque, elles ne sont qu’une trentaine de femmes

 au milieu des pilotes hommes.

 Elle aligne les courses tout en assurant son métier d’agricultrice.

De nombreuses voitures passent entre ses mains

et c’est un camion de la Croix-Rouge

 qu’elle conduit pendant la Seconde Guerre mondiale.

 Simone  reprend la compétition en 1950

 dans différents rallyes automobile

et s’aligne même au championnat de France des Routiers,

 se classant 10ème.

Jamais le moindre accident

Une hardiesse qui lui permet d’acquérir une grande popularité

 ainsi que le respect de ses homologues masculins.

Elle arrête la course en 1957 et enseigne alors en auto-école pendant 25 ans.

 C’est à cette « Diva du volant » que fait référence Guy Lux

quand il lance en 1962 à Simone Garnier,

sa co-présentatrice de l’émission Intervilles avec Léon Zitrone,

la fameuse réplique bientôt reprise dans tous les foyers.

 La mémoire collective retiendra surtout

 la première partie de l’apostrophe

« En voiture Simone! »

qui signifie donc « Allons-y, démarrons ! »

 

 123gifs152 

 

 
 

 

Publicités