Étiquettes

,

Au cours de l’histoire, la ville de Guémené-sur-Scorff est née

 

et a prospéré autour de son château pour se transformer

 

peu à peu en petite cité médiévale ne possédant pas de campagne.

 

 

mairie2.jpg

 

 

Mais il y a l’andouille !!!

 

Et à Guémené, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées !

 

 

 

Confronté à la flambée des prix de l’énergie, le gouvernement a annoncé

 

récemment,

 

un gel des prix du gaz jusqu’à l’élection présidentielle,

 

accompagné d’un plafonnement de la hausse des prix de l’électricité

 

et de déductions fiscales pour les automobilistes.

 

 Mais certaines personnes ont parfois des idées très pratiques.

 

 

De la graisse d’andouille transformée… en électricité

 

 

Benoît Rivalan, charcutier à Guémené-sur-Scorff,

 

ne se contente pas de fabriquer 600 andouilles par semaine.

 

 

va05_2423032_2_w_ouestfrance_.jpg

 

Photo : Ouest-France

 

 

Il utilise aussi, depuis quelques semaines,

 

les eaux et graisses issues de la cuisson de ses charcuteries,

 

mélangées à un peu d’eau et d’éthanol,

 

en un bio-carburant qui alimente un générateur couvrant ses besoins

 

en électricitéet en chauffage…

 

« Son gaz de combustion rejette 50% de particules et d’oxydes d’azote de moins

que le gazole », évalue Anthony Kerihuel,

 président de S3D (Solutions pour les Déchets et le Développement Durable)

 

 

Donc, Benoit  chauffe et éclaire de cette façon  sa petite entreprise artisanale.

 

« Le surplus est revendu à EDF. »

 

 

 Que dire ? Si ça marche : BRAVO !!!

 

 

Jusqu’à présent,  la renommée de Guémené-sur-Scorff est due

 

en grande partie à sa célèbre andouille de fins boyaux de porc

 

 

panier.jpg

 

enroulés selon un savoir ancestral.

 

 

Les boyaux de porcs appelés chaudins sont nettoyés

 

et passent une semaine dans le sel.

 

Ils sont triés du plus fin au plus large.

 

Le coeur de l’andouille composé de chaudins coupés

 

en lanières est poivré et cousu.

 

montage.gif

 

 

Puis, les boyaux sont enfilés cousus ensemble par ordre de grosseur

 

ce qui donne cet aspect caractéristique d’enroulement.

 

Grattée pour éliminer une partie des graisses,

 

égouttée toute une journée, l’andouille est mise au fumoir

 

pour trois ou quatre jours.

 

Celui-ci est alimenté par du bois de hêtre,

 

parfois avec du chêne ou des copeaux de sabotier,

 

c’est ce qui lui donne sa couleur noire ;

 

suivent trois semaines à un mois de séchage.

 

Ensuite, elle est cuite entre 3 et 4 heures dans une eau frémissante.

 

 

 

cuisson-de-l-andouille.png

 

 

 

Elle est l’occasion d’une grande fête au mois d’août

 

où elle est servie chaude avec une purée de pommes de terre.

 

Lors de cette manifestation, le costume, la danse

 

et la musique ont aussi leurs lettres de noblesse.

 

 

  Photos du Net 

Ville de Guémené

 

 

 

Advertisements