Mots-clefs

, , ,

Qu’est-ce qui est enveloppé de papier frangé aux couleurs chatoyantes,
s’offre et se déguste surtout à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel an ?

Réponse : les « papillotes lyonnaises » dont les maîtresses de maison
ornent les tables de fêtes
et qui, comme leur nom l’indique, se dégustent principalement
dans la région de Lyon,
sur un territoire qui s’étend de Nice à Montpellier
en remontant jusqu’au Puy et à Clermont- Ferrand.

papillote

Une friandise qui cache bien son jeu
Bien enveloppée d’un papier paraffiné, brillant,
multicolore et frangé aux deux extrémités,
la papillote peut contenir toutes sortes de bonbons :
fondants, pâtes de fruits,
chocolats fourrés, fruits confits, nougats enrobés…
au gré de l’imagination du confiseur.

Mais l’originalité de cette friandise,
selon une tradition qui remonte au XVIIIe siècle,
c’est qu’à l’intérieur de l’emballage, on trouve toujours un rébus,
une charade, un proverbe, une maxime ou un dessin humoristique…
pour le plus grand plaisir de tous, petits ou grands.

La tradition de la papillote est ancienne et remonte à une jolie légende :
aux environs de 1790, un pâtissier-confiseur du nom de Papillot
tenait boutique dans le quartier des Terreaux, rue du Bât-d’Argent.

S’apercevant de la disparition régulière de certaines friandises,
il se mit à surveiller son commis.
Il découvrit que ce dernier était l’auteur de ces larcins
et offrait ces douceurs à sa bien-aimée
en les enveloppant dans les billets doux qu’il lui écrivait.

Le commis amoureux fut mis à la porte,
mais l’astucieux Monsieur Papillot trouva l’idée originale
et se mit lui-même à confectionner des « papillotes »,
en y glissant un billet humoristique !

Si l’enveloppage des papillotes est réalisé aujourd’hui
par des machines qui frangent le papier aux extrémités,
enveloppent le bonbon et mettent en place le rébus ou le proverbe,
une autre variété de papillote ne peut se faire que manuellement :
il s’agit du « cosaque », enveloppé de papiers de deux couleurs,
dont une partie est couleur or.
Sur chaque papier, on colle un pétard
constitué par deux petites bandes de carton
jointes bout à bout par une goutte de mélange détonant
et qui « claque » quand on tire sur l’extrémité de chacune des bandes.
Effet de surprise garanti…….

Clic sur la photo pour agrandir

Publicités